Haro sur les préjugés - Ode aux femmes rousses – Beautyandblack

Haro sur les préjugés - Ode aux femmes rousses

Il fut un temps, l'enfant coupable de rousseur

Était plongée d'un bras meurtrier dans les flammes.

Le roux marquait tant la honte que le malheur

Pour une communauté pieuse mais infâme.

Ne remarquaient-ils pas dans cette chevelure

Embrasée, le reflet des rayons du couchant

Marivaudant le firmament et ses courbures ?

Ne voyaient-ils pas ces insensés bien pensants,

Le chatoiement d'un bel automne vermillon

Sur cette peau pointée de rubis merveilleux ?

L’esprit contemplatif est pour les mirmillons

Un exercice excessivement besogneux.

Ainsi ces sots l'imaginent aussi lubrique,

Aussi folle et rusée, que ces vieilles sorcières

Inventées par ces archevêques excentriques

Pour s'approprier l'argent de leur gibecière.

Dans notre siècle son cœur est rasséréné.

Elle offre son ton aux regards considérant

Cette beauté qui tant de temps fut refrénée.

La dame rousse n'est plus tel le juif errant,

Rejetée par toutes les nations du monde.

Elle forme la féminité fantasmée,

Exilant l'image lascive de la blonde.

Soyez-en fières, de vos taches de rousseur !

Portez insolemment des coiffures sublimes !

Faites une renommée de votre douceur !

Au sommet du bon goût votre beauté culmine.

 

Oumou, The Black Cherry


Partager ce message


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés